22 mars 2007

Les nuits de porcelaine

Avec mes chevaux de misère Traînant la carriole des jours Au quatre coins de mes amours . Avec la ligne qui lacère la peau trop tendre de mes mains Sans jamais montrer le chemin. . Avec mes ongles de poète Griffant les murs pour un toujours Qui blesserait un air de fête, . je suis allé chercher Verlaine Dans la taverne où l'on est saoul Pour une absinthe qui absout, Et avec trois francs six  sous On met le  vin au fond des veines, Brisant nos nuits de porcelaine.... [Lire la suite]
Posté par decor_homme à 22:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]